Vous êtes ici : Sarthe » École maternelle » Les 24 heures de la maternelle » 2e édition

logo.jpg

« 24 heures de la maternelle » : une réussite départementale

Les 28 et 29 novembre se déroulait dans toutes les classes maternelles des écoles de la Sarthe, le temps fort de l'opération « 24 heures de la maternelle ». Au cours de ces deux journées, toutes les équipes des écoles maternelles publiques du département, se sont mobilisées pour mettre à l'honneur le jeu, et plus particulièrement le « jeu coopératif » sur la problématique « Jouer ensemble pour parler grand ».


Un événement à l'échelle du département, remarquable par sa dimension, son rayonnement et son impact sur la scolarité des enfants. Une dimension, caractérisée par une multitude et une diversité d'actions locales dans tous les lieux des écoles. Les familles et les partenaires de l'Education nationale ont massivement répondu à la proposition de rejoindre les équipes enseignantes pour jouer et faire jouer les enfants. Parents, grands-parents et proches ont retrouvé le climat de complicité intergénérationnelle qui tisse cette trame qui nourrit l'affection, la confiance et le goût d'apprendre. Dans tous les lieux des écoles, tous ont découvert une large diversité de jeux parfois inhabituels en raison de la nécessité de coopérer.

En effet, le choix du jeu coopératif s'inscrit dans une perspective d'enseignement, mais aussi d'éducation. La coopération n'est pas un comportement spontané. Elle passe par des situations au cours desquelles l'enfant découvre que la personnalité de chacun est une chance pour la réussite du groupe. A ces âges, les mots sont impuissants pour expliquer cela. Seule l'expérience concrète, vécue, est en mesure d'en apporter les preuves. Cependant, pour que la coopération devienne réellement efficace, il est nécessaire de se faire comprendre, mais aussi de comprendre ce qu'expriment les autres. C'est ainsi que le langage trouve un contexte particulièrement propice à son développement, car son effet est immédiatement perceptible dans le déroulement et l'aboutissement du jeu. L'exploitation pédagogique de celui-ci nécessite une réelle compétence professionnelle pour exploiter pleinement son potentiel de motivation.

Les « 24 heures de la maternelle » marquent donc un point fort dans une opération qui a débuté dès le mois de septembre par des formations en direction des formateurs et des équipes enseignantes. Un parcours de formation sur le site « maternelle72 » en constitue une armature forte, par son contenu et sa facilité d'accès. Plus de deux cents professeurs des écoles s'y sont déjà connectés pour actualiser leurs connaissances.

Pour compléter cette formation préliminaire et disponible en permanence, les « 24 heures de la maternelle » complétaient l'action dans les écoles par une forte action de formation à l'ESPE du Mans, sous la forme de trois conférences. Madame Sylvie Hay traitait de l'interculturalité et de sa prise en compte dans l'accueil des familles. Madame Mireille Brigaudiot, maître de conférence et linguiste, apportait un  éclairage original et passionnant sur la liaison entre jeu et langage. Madame Viviane Bouysse, Inspectrice Générale de l'Education Nationale apportait des repères forts et clairs sur la pédagogie du langage à la maternelle. Une salle comble lors de chacune de ces interventions affichait sans ambigüité l'intérêt affiché par les professionnels de l'éducation, certains ayant fait le voyage depuis fort loin pour assister à ces conférences. Divers autres départements de l'académie nous ont fait l'honneur de leur présence.

Le rayonnement des « 24 heures de la maternelle » récompense une action à tous les niveaux du système éducatif départemental. Les écoles, par leur dynamisme et leur investissement. Les conseillers pédagogiques et l'ensemble des conseillers pédagogiques départementaux par leur force d'accompagnement sur « le terrain », les Inspecteurs de l'Education Nationale par leur énergie d'impulsion.

Qu'ils en soient tous chaleureusement remerciés. Une telle opération aurait été impossible sans leur engagement.

Mais cette opération ne constitue que le point de départ d'une action qui se poursuivra tout au long de l'année scolaire. N'oublions pas que la première vertu du pédagogue n'est autre que la patience: c'est en prenant le temps de développer une démarche de longue haleine, que celui-ci permettra à chaque graine de savoir de prendre sa juste place dans les mailles de l'intelligence.

Jacky Crépin
Directeur Académique de la Sarthe


Partager cette page

Rédigé par Vincent Leguy

M.A.J. le 17/10/2014

Nous écrire